Sortis tout droit des contes de fées scandinaves, les Chats des forêts norvégiennes et sibériennes
sont restés le plus proche de leurs origines sauvages.


La mythologie scandinave et les contes pour enfants du milieu de XIXe siècle mettent souvent en scène des chats des bois à la fourrure longue et épaisse et à la queue touffue. Ce chat existe bel et bien, et il était très apprécié à l’époque par les fermiers norvégiens pour son habilité à la chasse. Mais il ne fut introduit dans les expositions que dans les années 1930. Des programmes d’élevage sélectif débutèrent en 1970, et la race fut exportée vers les États-Unis et la Grande-Bretagne à partir des années 1980. Aujourd’hui, la race est encore rare en dehors de la Norvège.




Une beauté sauvage

Un Main Coon plus rustique
Le Chat des forêts norvégiennes n’est pas sans rappeler le Maine Coon. Ce sont tous deux des chats adaptés aux conditions climatiques extrêmes : grands, très résistants, ils possèdent une fourrure particulièrement dense. Il existe cependant quelques différences. Les pattes arrière du Chat des forêts sont légèrement plus longues que les pattes avant, cequi lui permet des prouesses en matière d’escalade. Sa robe est doublée, alors que chez le Maine Coon, ce trait est accepté mais pas spécifié dans le standard de la race. Le chat adulte doit présenter une collerette, et un arrière-train touffu. Tout comme celle du Maine Coon, sa robe est assez facile d’entretien. Ces chats perdent beaucoup de poils en été.

Entre puissance et élégance
La tête du Chat des forêts norvégiennes est large et triangulaire, au profil droit. Les yeux ne doivent pas être trop ronds, et les oreilles dressées sont touffues. Le corps est long et puissant, la queue fournie. La palette étendue de couleurs et de motifs de la robe rappelle la longue histoire et l’évolution naturelle de ce chat. Les Chats des forêts norvégiennes sont des animaux dociles, mais ils se méfient des inconnus et défendent assidûment leur territoire contre les autres chats. Ils aiment chasser et savent pêcher.

Les Chats des forêts sibériennes
Ce chat s’est développé dans un climat plus extrême encore que le chat norvégien, et il bénéficie donc d’une protection supplémentaire face aux aléas climatiques; son poil de jarre est légèrement luisant, ce qui le rend plus imperméable. La race, probablement issue des chats vivant en Russie depuis un millénaire, ne fut reconnue qu’en 1980. Le Chats des forêts sibériennes, qui ressemble au Main Coon et au Chat des forêts norvégiennes, est peut être plus proche de ses origines sauvages que les autres. Les tabbies, possible résultat de croisements avec des chats sauvages, sont les plus fréquents. Aux États-Unis, les yeux ronds sont les plus prisés.



Profil de la race


Espérance de vie: 12 à 13 ans
Poids à l’âge adulte: 3 à 12 kg
Nombre moyen de chatons par portée: 4 ou 5
Tempérament: le Chat des forêts norvégiennes est d’un naturel réservé, sauf avec ses maîtres. Très athlétique, il a besoin d’exercice et s’adapte mal à la ville. Il devient mature lentement. Contrairement aux apparences, sa robe est d’un entretien facile, bien que ce chat mue deux fois par an.
Robe: tous motifs et couleurs, sauf les marques aux extrémités.
Problèmes de santé liés à la race: Des problèmes de colonne vertébrale et de dents peuvent survenir en raison des croisements, qui ont favorisé les nez et les corps plus longs.








© Chatterie Jovisca