La chatte est une mère admirable qui veille et prend soin des petits dès leur naissance. Vous-même jouerez un rôle important dans l'éducation des chatons. Si vous décidez de faire mener à votre chatte une carrière de reproductrice, vous connaîtrez le bonheur d'élever des chatons nouveaux-nés. Assurez-vous d'avoir trouvé un foyer pour chacun d'entre eux bien avant la naissance, car les semaines qui suivent passent très vite. Il arrive souvent que le propriétaire, tout à l'excitation des soins à apporter aux chatons, ne se préoccupe pas de leur avenir. Si vous n'êtes pas certain de pouvoir les faire adopter, il vaut mieux faire opérer votre chatte.

Dès la mise bas, la mère exerce une influence capitale sur sa progéniture. L’essentiel de l’éducation canine et féline est en effet assuré par la mère. Et ses enseignements imprégneront les petits toute leur vie. Le reste de leur apprentissage dépendra ensuite de l’humain.



Si la naissance d’une portée de chatons est un phénomène qu’on ne se lasse pas de regarder, le développement sensoriel de chacun est sans doute encore plus fascinant à observer.

À la naissance
Malgré sa surdité et sa cécité à la naissance, le petit utilise très bien son odorat pour trouver la tétine, puis pour reconnaître l’odeur du lait maternel. Les premiers jours, il profite essentiellement de la sécurité et de la chaleur réconfortante de sa maman. Son équilibre émotionnel se bâtit à travers l’affection de sa mère qui le nettoie, en le léchant avec application. Ce faisant, elle le réchauffe et le maintient bien serré dans la portée, puisqu’il ne peut encore réguler lui-même sa chaleur corporelle.

Vers l’indépendance
Dès qu’ils atteignent l’âge de 15 jours, les chatons apprennent à se déplacer et, pendant la troisième semaine de leur vie, ils commencent à s’amuser avec leurs frères et sœurs. Attention! C’est à ce moment-là que les premières petites dents apparaissent. Ils parviennent à mieux coordonner leurs mouvements, ce qui leur permet même de se gratter.

Dès la troisième semaine Le petit entend, voit et commence à se déplacer. Il entreprend alors une formation plus sérieuse, qui l’aidera à se développer et à forger son identité personnelle et sociale. Les jeux effrénés avec ses frères et sœurs sont rigoureusement « supervisés » par maman : elle encourage surtout l’autocontrôle, par exemple l’inhibition de la morsure. Elle impose des limites doucement, mais fermement, et encourage par ailleurs sa portée à l’imiter de plus en plus en ce qui concerne l’ingestion de nourriture solide.

À l’âge d’un mois, les chatons maîtrisent mieux leur sphincter et peuvent apprendre à utiliser la litière. Ils interagissent de plus en plus avec les humains et ronronnent déjà.

À compter de la cinquième ou sixième semaine de leur vie, les chatons peuvent être initiés à la nourriture solide sous forme de pâtée, le temps que toutes leurs dents soient bien sorties. Quand arrive la phase d’exploration de leur environnement, les petits n’ont plus besoin de leur mère pour maintenir leur température corporelle, ni de la téter constamment. C’est à cet âge que leur mère a tendance à les repousser et à les sevrer. Il faut alors se rendre chez le vétérinaire pour le premier examen de santé, et l’administration des vaccins et vermifuges.





À leur sixième semaine, les chatons chahutent, se promènent, jouent ensemble et s'amusent. Commencez à introduire des jouets et vérifiez que l'environnement est sans danger pour la santé des chatons car certains produits ménagers sont des poisons. C'est à cette étape de leur éducation qu'il faut les habituer à ne pas mordiller les coussins, à ne pas grimper aux rideaux ou encore monter sur vos meubles. Soyez attentif dès leur plus jeune âge à leur éducation car les chatons prennent vite de mauvaises habitudes qui, lorsqu'elles persistent à l'âge adulte, deviennent véritablement gênantes. Jouer avec les chatons permet d'établir une relation de confiance avec eux. Quand un chaton devient agressif ou surexcité, arrêtez-le et éloignez-le de vous pour qu'il comprenne que son comportement est anormal. S'il joue gentiment, pensez à le récompenser et à l'encourager. Vous pourrez aussi lui donner une petite friandise s'il répond à son nom. De même, prononcer un " non " clairement doit suffire à l'arrêter lorsqu'il s'apprête à voler de la nourriture sur la table ou encore s'il tente de lacérer l'étoffe ou le cuir de vos fauteuils.

La familiarisation avec l'entourage:
C'est entre deux et sept semaines que vous poserez les jalons de la socialisation des chatons. N'oubliez pas que cette phase est primordiale pour le développement du comportement et du caractère des chatons. Durant cette période, il est conseillé à toutes les personnes amenées à vivre avec les chatons de les caresser et de les prendre délicatement, plusieurs fois dans la journée pendant quelques minutes, afin de s'assurer qu'ils s'habituent à l'odeur de chacun. Ces gestes vont permettre à chaque chaton, en grandissant, de devenir sociable et amical. Il faut les toiletter doucement, surtout pour les races à poil long.

Une question de temps
Combien de temps les petits doivent-ils rester auprès de leur mère? Les intervenants interrogés sont unanimes : les trois premières semaines sont primordiales à la survie du bébé. Un chaton ou un chiot privé de sa mère avant cet âge a peu, ou presque pas, de chances de survivre. Si jamais il y parvient, il a de gros risques d’avoir des séquelles


Pour un maximum d’équilibre

Selon la Dr Marie-Hélène Laporte, de l’hôpital vétérinaire de l’Est, les petits devraient passer de trois à quatre mois avec leur mère, peu importe l’espèce canine ou féline : « Il faut absolument que le jeune vive sa période de socialisation entouré de ses congénères, précise-t-elle. Car même si la mère joue un rôle primordial, l’entourage des frères et sœurs est un facteur essentiel à l’apprentissage de la vie en société. » Toutefois, au cas où la mère et ses petits demeureraient en cage constamment, où ils sont tenus à l’écart des conditions de vie normale et de leurs nombreux stimuli, il est préférable de faire adopter les petits rapidement. « Il vaut mieux tenter une socialisation, même si elle n’est pas idéale, plutôt que laisser le chaton dans un milieu qui ne lui permettra pas de s’adapter à son environnement futur. » La vétérinaire explique aussi que les réalités financières et les contraintes logistiques réduisent le temps que les petits passent avec leur mère. En général, les éleveurs laissent partir leurs chatons autour de huit semaines. Mais souvent ces éleveurs compétents ont déjà soigneusement choisi les adoptants et les ont bien préparés à encadrer leur nouveau protégé.


Les chatons élevés au biberon


Comment doit-on s’occuper adéquatement d’un tout-petit séparé prématurément de sa mère? Tous les spécialistes recommandent la même chose : une maman de remplacement, de la même espèce. Aucun humain ne pourra vraiment remplacer une chatte auprès d’un chaton. Le défi consiste donc à trouver une mère, idéalement qui allaite déjà. Mais peu importe qu’elle allaite ou pas, si elle est bien équilibrée, elle fera mieux l’affaire que le plus attentionné et le plus dévoué des êtres humains.

Si la chatte ne peut, pour une raison ou pour une autre, nourrir elle-même les chatons, il vous faudra assumer son rôle. La première semaine, les chatons doivent être nourris toutes les deux ou trois heures, jour et nuit, à l'aide d'une seringue ou d'un biberon stérilisé. Donnez à chacun l'équivalent d'une cuillerée à café (5ml) de lait spécial que vous trouverez chez votre vétérinaire. Augmentez régulièrement les proportions. Prenez garde à ce que les chatons ne boivent pas trop vite : ils pourraient s'étouffer. Ensuite, il est impératif de stimuler leurs déjections en frottant la région périnéale, bien sûr, assurer une température constante à l’aide d’un lampe chauffante ou d’une bouillotte. « Attention de bien entourer la bouillotte d’une serviette épaisse, les petites ne peuvent pas bouger s’ils ont trop chaud, et il n’est pas rare de voir des cas de brûlures importante ». De même, il faut nettoyer leur derrière avec du coton hydrophile humide. La pièce où vous les gardez doit être maintenue à une température moyenne de 24 degrés.

Le meilleur lait:
Si c'est possible, tirez le lait de la mère pour en nourrir les chatons, car il contient le colostrum qui les immunise contre un certain nombre de bactéries. Dans le cas contraire, les chatons seront plus fragiles. Veillez donc à utiliser des instruments et des biberons stérilisés.

En ce qui concerne leur alimentation, la recette populaire de lait maison, concoctée à base de lait évaporé et d’œufs ne doit être utilisée qu’en cas de dépannage, au même titre qu’on ne donnerait pas du lait de vache très longtemps à un nouveau-né humain. Seul le lait spécialement formulé pour l’espèce offre les nutriments essentiels. On peut se le procurer dans une clinique vétérinaire au même prix ou presque que ceux vendus en animalerie. Toutefois, ces derniers sont de moindre qualité, mais tout de même mieux adaptés que ceux qu’on pourrait improviser chez soi.

Et les orphelins?
Lorsqu’on trouve une portée de chatons qui nous semblent abandonnés, il ne faut jamais les toucher ni les prendre immédiatement. Souvent, la mère cherche de la nourriture aux alentours ou encore ne s’approche pas de son nid puisqu’un humain y est. Il est préférable d’observer de très loin pendant une douzaine d’heures avant d’aller les chercher. D’ailleurs, dès qu’on touche les petits, on laisse notre odeur sur eux, et leurs chance de survie diminuent, car si la mère revient et sent cette odeur humaine sur ses petits, elle s’en détournera, malheureusement. »

Si la portée est vraiment abandonnée, il faut prendre tous les bébés et ne pas les séparer les uns des autres; la fratrie procure en effet une sécurité et une chaleur essentielle à ce moment-là, puis devient une école inégalée par la suite. Dans le cas du chaton de moins de trois semaines, la tâche est lourde sans mère adoptive, et encore plus lourde s’il n’y a qu’un seul petit. Il faut prendre la température du petit avant chaque boire pour éviter l’hypothermie, le réchauffer d’abord s’il y a lieu, le nourrir au biberon ou à la seringue.

Le rôle d’un bon éleveur

Dès les premiers jours, l’éleveur s’occupe énormément des petits autant pour assurer leur sécurité que pour leur permettre d’acquérir tout ce qu’il leur faut pour devenir des adultes bien adapté à la vie en société. Son rôle consiste à offrir aux bébés un environnement stimulant, propice à leur apprentissage et à leur développement physique et intellectuel. Il les manipule plusieurs fois par jour et veille a ce qu’ils expérimentent tout un éventail de situations, surtout positives. L’éleveur compétent impose très tôt de nouvelles textures sous leurs petites pattes, plancher de bois, de ciment, tapis, herbe, sable, roche etc. Il présente aux petites des enfants et des adultes humains ainsi que des animaux de différentes espèces, et il les expose bien sur aux bruits de la vie quotidienne d’une maison et de l’extérieur.

Source : Magazine animal











© Chatterie Jovisca