Éternuer est un réflexe anodin chez le chat. Néanmoins, si les éternuements sont répétés et s’accompagnent d’autres symptômes, consultez votre vétérinaire.

Tous les chats éternuent de temps en temps, par réflexe, lorsque les sinus sont irrités. Des particules « talc ou poussière » que le chat a pu respirer en rampant sous les lits, par exemple, provoquent souvent des crises d’éternuements. Certains chats sont sensibles aux aérosols, mais les allergies demeurent extrêmement rares.



Le coryza


Les symptômes :
Le coryza est une inflammation de la muqueuse nasale d’origine virale (voir : Les parasites courants). Le chat atteint de cette maladie éternue souvent et violemment, présente une suppuration du nez et des yeux. Si la suppuration est claire et aqueuse, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. En revanche, si elle devient épaisse et verdâtre, si elle présente des traces de sang, si votre chat semble maussade et cesse même de manger, consultez immédiatement votre vétérinaire. Par ailleurs, demandez-vous si ses vaccins sont à jour et s’il a été en contact avec d’autres chats.

Ce qu’il faut faire :
Téléphonez au vétérinaire avant de lui amener votre chat pour lui expliquer les raisons de votre visite. En effet, le coryza est très contagieux et pourrait infecter d’autres chas dans la salle d’attente. En attendant, gardez l’animal à l’intérieur. Vous pouvez le soulager en lui nettoyant le nez et les yeux à l’eau tiède. Essayez d’éveiller son appétit avec des petites quantités de nourriture. Ne lui donnez jamais un médicament en vente libre destiné à l’humain, car la plupart sont très nocifs pour les chats.

Chez les chatons :
Les chatons sont particulièrement vulnérables au coryza, surtout si leur mère est porteuse du virus. Celui-ci se transmet par la salive, l’urine et les selles, et risque d’atteindre le chaton avant l’âge du vaccin. Le traitement est en général efficace, mais le chaton risque de devenir porteur du virus et de souffrir toute sa vie de grippes à répétition ou d’avoir le nez encombré.







Autres causes d’éternuements


L’obstruction nasale :
Votre chat s’est mis soudainement à éternuer, mais il ne semble pas malade et une seule narine suppure : peut-être est-il victime d’une obstruction nasale ? Une inflammation d’une dent du haut peut en être la cause. S’il a mangé de l’herbe, une brindille peut se trouver coincée au fond de la gorge et au lieu de descendre dans l’œsophage, remonter dans le nez. La plupart du temps, les éternuements permettent de l’évacuer. Mais n’introduisez jamais un objet dans la narine de votre chat pour dégager son nez : cela risquerait d’endommager les parois délicates de la membrane. Laissez le vétérinaire s’en occuper.

Infections et tumeurs :
Une suppuration épaisse, jaune ou verte ou tachée de sang, peut révéler une infection fongique ou une tumeur. Consultez rapidement un vétérinaire qui pourra établir un diagnostic au moyen de radios et peut-être d’une biopsie.

Source : Votre chat (John et Caroline Bower)









© Chatterie Jovisca